L’accès à l’enseignement professionnel

En réponse aux récents changements technologiques et à la détérioration des résultats des travailleurs non diplômés (Autor 2019), les gouvernements du monde entier s’intéressent de plus en plus à la question de savoir si différents types d’enseignement secondaire (professionnel ou général) pourraient jouer un rôle dans l’offre aux jeunes les compétences dont ils ont besoin pour réussir après l’obtention de leur diplôme (Commission européenne 2010, US Department of Education 2013, 2018). Contrairement à l’ensemble croissant de preuves sur l’impact de divers domaines d’études dans l’enseignement supérieur (Altonji et al. 2012, Hastings et al. 2013, Kirkeboen et al. 2016), il existe un manque de preuves causales convaincantes sur la impact des programmes d’études secondaires sur les résultats sur le marché du travail (Altonji et al. 2011, Hampf et Woessman 2017, Hanushek et al. 2011, 2017).
Comprendre les conséquences potentielles des programmes d’études secondaires est d’autant plus important que ce choix s’effectue avant l’enseignement supérieur et, pour de nombreuses personnes, constitue le niveau d’études le plus élevé avant l’entrée sur le marché du travail. En outre, la disponibilité de l’enseignement secondaire professionnel est l’une des plus grandes différences entre les systèmes éducatifs nationaux (graphique 1).
Une opinion commune suggère qu’il peut y avoir un compromis entre les avantages de l’enseignement professionnel à court terme et les effets négatifs ultérieurs (Krueger et Kumar 2004, Hampf et Woessman 2017, Hanushek et al. 2017). Selon cette littérature, l’enseignement professionnel peut fournir aux candidats des compétences spécifiques à la profession qui facilitent mieux la transition initiale de l’école au travail. En outre, l’enseignement professionnel peut offrir une alternative importante pour les jeunes qui risqueraient autrement d’abandonner l’enseignement secondaire.
D’un autre côté, on pense que l’enseignement général prépare mieux les candidats à poursuivre leurs études, améliorant ainsi les perspectives d’emploi plus tard dans la carrière. De plus, avec les changements technologiques et l’avenir du travail, les critiques craignent que les compétences professionnelles ne deviennent obsolètes à un rythme plus rapide que les compétences générales.
Ces compromis sont conformes aux tendances des résultats moyens dans les données finlandaises sur l’univers des élèves diplômés de l’enseignement obligatoire en Finlande au cours de la période 1996-2000 (graphique 2). En moyenne, les candidats admis en filière professionnelle bénéficient d’un premier avantage sur le marché du travail mais sont dépassés par leurs pairs de la filière générale 11-12 ans après leur admission (27-28 ans).
Dix-sept ans après l’entrée dans l’enseignement secondaire (33 ans), les candidats admis en filière professionnelle gagnent annuellement 4 000 € de moins que les candidats admis en filière générale et sont employés moins de mois par an. Bien sûr, ces différences moyennes peuvent être motivées par la sélection.
Surmonter la sélection en utilisant les seuils d’admission en Finlande
Pour examiner les rendements du marché du travail de l’enseignement professionnel par rapport à l’enseignement secondaire général, nous utilisons un plan de discontinuité de régression créé par le processus d’admission centralisé en Finlande (Silliman et Virtanen 2021). Dans cette configuration, nous nous concentrons sur les candidats à l’enseignement secondaire qui s’inscrivent à la fois dans les filières professionnelles et générales et dont le parcours est déterminé par le caractère aléatoire des seuils d’admission dans les écoles sursouscrites (figure 3).
Des travaux empiriques antérieurs visant à identifier l’effet causal de l’enseignement secondaire professionnel montrent que l’enseignement professionnel peut améliorer les résultats à court terme. Des articles récents exploitant le caractère aléatoire des admissions dans des écoles américaines sursouscrites du Massachusetts, du Connecticut et de la Caroline du Nord aux États-Unis suggèrent que l’enseignement professionnel peut améliorer l’obtention du diplôme à temps, mais peut avoir des effets mitigés sur l’inscription dans l’enseignement supérieur (Dougherty 2018, Hemelt et al. 2019 , Brunner et al. 2019).
De plus, les preuves d’un essai contrôlé randomisé ciblant les communautés défavorisées aux États-Unis suggèrent que l’augmentation de la composante professionnelle de l’enseignement secondaire augmente les revenus après l’obtention du diplôme (Kemple et Willner 2008).
Cependant, en comparant les résultats sur le marché du travail des diplômés des programmes professionnels et généraux dans les pays européens au cours de leur cycle de vie, les chercheurs affirment que les avantages de l’enseignement professionnel peuvent être de courte durée, l’avantage salarial annuel initial de l’enseignement professionnel disparaissant au début de l’année. la trentaine (Brunello et Rocco 2017, Hanushek et al. 2017, Hampf et Woessman 2017).
En revanche, une deuxième approche pour explorer les effets à plus long terme de l’enseignement secondaire professionnel s’est concentrée sur les réformes nationales et ne trouve aucun avantage à une exposition accrue à l’enseignement général. Une étude d’une réforme en Roumanie qui a fait passer une grande proportion d’élèves de la formation professionnelle à l’enseignement général suggère que les avantages de l’enseignement général sont largement dictés par la sélection (Malamud et Pop-Eleches 2010, 2011).
Des études aux Pays-Bas et en Suède qui examinent les réformes de l’enseignement professionnel qui ont augmenté le contenu général dans la filière professionnelle ne constatent aucun avantage d’un contenu général supplémentaire sur les résultats sur le marché du travail (Oosterbeek et Webbink 2007, Hall 2016). En Norvège, Bertrand et al. (2019) constatent qu’une réforme similaire a également augmenté la sélection dans la filière professionnelle et a ainsi conduit à une amélioration des revenus pour ceux qui sont incités à suivre une formation professionnelle.
Nos résultats pour la Finlande fournissent des estimations locales pour les individus les plus susceptibles d’être touchés par les changements de taille du secteur de l’enseignement professionnel. De plus, alors que d’autres recherches se sont principalement appuyées sur des réformes qui affectent les choix éducatifs de cohortes entières ou sur les différences transnationales dans les secteurs secondaires, la conception de la discontinuité de la régression permet une inférence plus nette en comparant les individus au sein de la même cohorte d’âge et travaillant sur le même marché du travail. . Comme l’ont observé Bertrand et al. (2019), les effets estimés à l’aide des réformes de l’enseignement professionnel peuvent être induits par des changements de composition liés au choix de filière entre les cohortes ainsi que par des changements dans le contenu de la filière professionnelle.
L’accès à la filière professionnelle peut augmenter les revenus sur le long terme
Les estimations causales de notre étude suggèrent que l’inscription dans l’enseignement secondaire professionnel augmente le revenu annuel initial – et cet avantage persiste jusqu’à l’âge de 33 ans (une augmentation de 6 % 17 ans plus tard), sans effet sur les mois d’emploi, pour les candidats à la marge d’admission à formation professionnelle versus formation générale (figures 4a et 4b).
Suggérant en outre que les rendements peuvent ne pas devenir négatifs à plus long terme encore, l’admission dans la filière professionnelle ne réduit pas la probabilité d’obtenir un diplôme de l’enseignement supérieur, et les diplômés ne sont plus susceptibles d’être employés dans des professions à risque d’automatisation ou de délocalisation .
Les résultats des calculs de la valeur d’actualisation actuelle du rendement à vie de l’enseignement professionnel selon plusieurs scénarios suggèrent qu’il est très peu probable que la prime professionnelle à vie devienne négative à la retraite. L’effet est accentué pour les candidats qui indiquent une préférence pour l’enseignement professionnel : pour eux, ne pas être admis dans la filière professionnelle réduit l’emploi 17 ans après l’admission de près de 20 %.
Les estimations du plan de discontinuité de la régression proviennent du milieu de la distribution des capacités scolaires. Cependant, les avantages peuvent être encore plus importants pour les personnes ayant de faibles GPA à l’école obligatoire qui s’appliquent uniquement à la filière professionnelle, tandis que l’enseignement professionnel peut être préjudiciable pour les personnes ayant des GPA élevés qui ne s’appliquent qu’à la filière générale.
Ces conclusions, tirées d’une période caractérisée par des changements technologiques rapides, fournissent de nouvelles preuves que l’enseignement professionnel peut offrir une voie importante vers le marché du travail. À première vue, ces résultats peuvent sembler aller à l’encontre de l’idée que les compétences générales équipent mieux les gens pour s’adapter au changement technologique (Goldin et Katz 2009, Acemoglu et Autor 2011, Goos et al. 2014, Deming 2017, Deming et Noray 2020) . Une lecture plus nuancée de cette littérature suggère cependant que la classification des compétences comme générales ou professionnelles peut ne pas saisir la nature de l’évolution de la demande de compétences : d’autres dimensions des compétences peuvent être plus importantes.
Par exemple, il semble y avoir une demande croissante pour les compétences manuelles et cognitives non routinières (Acemoglu et Autor 2011) ainsi que pour les personnes ayant des niveaux élevés de compétences sociales – indépendamment de leurs capacités académiques (Deming 2017, Barrera-Osorio et al. 2020a, 2020b). Ces résultats enrichissent cette littérature, suggérant que l’enseignement professionnel peut fournir des compétences précieuses – en particulier pour ceux qui sont peu susceptibles d’obtenir un diplôme de l’enseignement supérieur.
Enfin, ces résultats fournissent des enseignements importants pour les décideurs politiques qui envisagent le rôle de l’enseignement professionnel. Ils suggèrent une demande soutenue de compétences professionnelles, même en Finlande où près de la moitié de toutes les cohortes s’inscrivent dans la filière professionnelle. Dans cet esprit, il peut y avoir une marge importante pour élargir le choix de l’enseignement professionnel dans d’autres pays développés.

chevron_left